Dec
30

New Year’s Greeting from Patrick Augé Sensei — English and French texts

Dear Students, Parents, and Friends:

About twenty years ago, on a Saturday afternoon after practice, as we were starting the weekly mondo (question and answer period) for the advanced students, I asked the following question: “What keeps you motivated?”

Many people already had come and gone over the years since the time Kaoru Sensei and I had started teaching. But on that day, the students present had been there almost from the beginning. We had all been traveling together back and forth from Ottawa to Montreal, Sherbrooke, Quebec City, Tuscaloosa-more times than we could remember-in order to spread and develop Mochizuki Sensei’s Budô. We had been doing kangeiko (winter training) and shochugeiko (summer training) in Japan, Canada, and the US; we had been overcoming challenges of all sorts, and we were eventually able to build our own permanent dojo which, although it wasn’t the end of our difficulties, was definitely a step forward on the path. As a result, a strong bond was keeping those students together.

Kaoru Sensei and I were convinced of the value of Mochizuki Sensei’s teachings and felt that we had a duty to pass them onto the next generations and, therefore, to find the right people to continue the lineage. So when I asked that question, I wanted the students to develop a clear understanding of what they were doing. That is what distinguishes leaders from followers.

As a reply, one of the students asked me, “What keeps you motivated to keep going yourself?” No one else said anything. I thought that students were maybe too shy to express their own minds in public, but I soon realized that many in fact had no clue and were mostly stimulated by external factors such as technical demonstrations, motivational speeches, videos, readings, etc. Others knew that something deep inside was moving them but couldn’t explain what it was. It became clear to me that, as their senior and teacher, I first had to develop a clear understanding inside of myself before being able to expect my students to understand themselves.

I started to look into myself for clues as to what kept me going in spite of all challenges and difficulties. At first I believed that it was thinking of all the talented people I had known who had wasted the teachings received from our teachers that was the main motivational factor, a kind of example of what not to do. But I eventually realized that that was just an external factor which couldn’t be reliable. There was something deeper than that. There was always that inextinguishable little flame that kept burning inside no matter what happened. Little by little, teachings I had received during my childhood and my adolescence started to emerge. One in particular seemed to be the foundation of all others: “Watch your thoughts all the time; do not let ‘bad’ thoughts such as greed, anger, envy, discouragement, doubt, etc., take form in your mind because thoughts become words, words become actions, actions become habits, and habits form our personality.” Once our thoughts gain momentum, especially the negative ones, they turn out to be unstoppable for us ordinary people, and we end up losing control of our lives.

I also asked my own teachers about what had kept them going, and their answers combined with my own experience and research helped me to formulate the following method to find the strength to carry out my mission in daily life. It’s posted in the LA Dojo on the white board as Five Interconnected Sources of Strength:

Aspiration
Familiarization
Discipline
Determination
Reflection

Aspiration is the ability to literally “bring in the spirit.” It’s preparing one’s mind, body, and environment in order to be receptive to teachings and to learn from all relevant sources. Good seeds can only develop in a prepared soil. It requires an unconditional attitude towards learning. It must be cultivated in daily life through awareness of our thoughts, words and actions, of the kinds of readings we do, of the shows and movies we watch, of the activities we participate in, etc. and above all, of the kind of people we spend time with as we tend to bring ourselves to their level! I have witnessed too many failures among former dojo mates and students due to their poor choice of friends, partners, and/or teachers to ignore that factor, no matter how politically incorrect it may be. Not everyone can find a master but with the properly cultivated state of mind, one can find a true teacher who himself has studied with a master and is maintaining the lineage.

Mochizuki Sensei constantly emphasized the importance of focusing on what to do, not on what not to do. This applies to our thoughts and words as well. The subconscious mind doesn’t judge, it just remembers the words. For example, if I say, “Don’t forget to . . . ,” it will remember “forget” which increases the chances of forgetting. I should say, “Remember to…” instead, since that is what my mind will remember. Some words such as “quitting” or “can’t” for example must be avoided. “I’ll try” becomes an excuse for failure and should be replaced by “I’ll do my best.” Negative expressions lead to discouragement. Once discouragement is allowed to enter our minds, it becomes uncontrollable. Instead, we should tell ourselves that there are other options. These may seem like silly little words, but they are like water accumulating on a roof: it eventually finds its way inside.

Once our aspiration (combined with the four other following sources of strength) has become unshakable, which may take years, it becomes easier to deal with all kinds of people and situations. To summarize, aspiration results from the daily cultivation of a greater vision than our everyday lives. It helps us understand that we are part of something larger and to value that reality. Without it, we feel disconnected, unaware, indifferent, easily discouraged.

Aspiration lets us sense who is a true teacher, one who has his students’ best interest at heart, in order to develop and maintain a long term relationship with him based on mutual welfare.

Aspiration is a foundation and needs the reinforcement of other complementary sources of strength to become truly effective and stable. This brings us to the next component.

Familiarization is the process by which we develop habits through repetition. The proverb “Everything becomes easier with familiarization” is a reminder of its power. Through our study of budô we have learned that familiarization is the antidote to fear. It allows us to moderate our likes and dislikes; to eat all kinds of foods; to learn all sorts of skills; to develop confidence, self esteem, understanding of others, etc. Familiarization is gentle and patient. It only requires us to listen, observe, and practice without expectations. It expresses the application of the principle of “Flexibility overcoming stiffness.” Once we start becoming comfortable with our study, we move to the next stage.

Discipline, that is to say the rules we have established for ourselves, results from understanding, not obligation. By understanding, I mean the knowledge that regular practice is the most efficient way to function. It requires watching our thoughts, words, and actions, and practicing our skills with presence of mind and concentration. Also, solo training has always been a powerful method used by the masters to build discipline, and other strengths. Through the process of familiarization, discipline becomes a lifelong habit. This leads us to the next source of strength.

Determination is the promise we make to ourselves that whatever happens, we will keep our vision, find a way to continue our shugyô (austere training), and maintain our standards. In other words, determination is synonymous with willpower. It’s different from stubbornness which is mindless, stiff, and dangerous. Determination is based on experience and study; it’s flexible. It may be the kick in the butt needed to take off when we feel low and when nothing else works. But, determination alone will not work. In order to be effective, it must be cultivated in sync with the other sources of strength.

Finally, the ingredient that acts as a catalyst to link those strengths together.

Reflection. In budô training, we learn to reflect on what we have done. If we have performed properly, we reflect on it in order to reinforce it. If we have made a mistake, we reflect on what we should have done and correct it immediately if possible. There is no time for frustration. On the battlefield it could mean death, not only our own but also other people’s. Through familiarization with this process, we learn to shift immediately to solution mode and avoid falling into victim mode (most common case) which, though it may eventually lead to some results, will have disastrous consequences on our mental and physical health.

Reflection may seem like a waste of time in our quick-result, shortcut-oriented society. Without reflection we may find ourselves constantly getting trapped by our emotions and repeating the same patterns of behavior, even if we do correct them afterwards. If we think well about it, reflection becomes an efficient way of making sure that when necessary, we remember what to do and how to do it. It’s all part of budô training. As my first battojutsu (quick sword drawing techniques) teacher, Tsunoda Aguin Sensei taught: “In budô we train ourselves to expect the unexpected.” As part of our discipline, we reflect on our day before going to sleep in order to confirm what we did right and to mentally correct our errors. Thus we can sleep well and prepare for the next day. Pride and guilt should be harnessed mindfully so as to maintain concentration.

Through reflection we develop understanding . . . . Previously, we have learned that in order to change and improve, we need to go through the practice of acknowledging, accepting, refraining from justifying, correcting, and finally, reinforcing the whole process by reflecting on it. Through this same process the Five Interconnected Sources of Strength work together.

How? Let’s take the case in which I do not want to meet a certain person who has wronged me and towards whom I feel a deep grudge, but I know that somehow I should meet that person. Do I procrastinate and refuse to think about it, expecting that time will erase that memory? My determination is weak. So I call upon reflection. Thus I can understand what that person is also going through. Maybe he or she is much older than I, feels a deep guilt and will probably die before I do. The more I think about it (familiarization), the more I can empathize with that person. I also know that I have the discipline to do what I have set out to do and that, in the past, once I have started this process, I have been able to overcome all kinds of uncomfortable situations. I just have to recall some of those examples, reinforced through reflection. Then I just let it sit quietly, interrupt the occasional negative mind chatter, and go through the process again (cultivating aspiration). One morning I wake up or I am in the process of doing something, and then I feel a strong urge to meet that person and prepare making arrangements (determination). It has all occurred in the mind!

There is no perfect way and this method needs to be tested and improved. We must each start from something that has already been tested, see how it works for us, and modify what needs to be modified, test it again, and teach it in order to make sure that someone else will also keep improving it. In the process of our shugyô (serious training) if we fail, we can always recover with the help of these cultivated strengths. The Yôseikan method of evolution must apply to more than just the martial techniques if we aspire to evolve ourselves and to inspire the next generation to continue the lineage. Then we can call ourselves Mochizuki Sensei’s students.

Kaoru Sensei and I wish you happy holidays as well as health and prosperity for the coming year. This past year has been full of strengthening challenges for all of us and thanks to your continuous trust and support, we have been able to continue our mission.

Please remember to recommend your dojo to friends and acquaintances, as referrals have been the best source of stable students. In this hard economy this is a precious asset.

Also I would like to recommend a subscription to Aikido Journal on line (aikidojournal.com) as a present to a serious aikido student among family or friends. It’s a great source of objective information regarding all historical, technical, and spiritual aspects of aikido and a reliable tool for the cultivation of aspiration.

These holidays, as I do every year, I will be visiting my family in France. I will be teaching a three-day seminar at my old dojo and will meet with my old teacher, Mr. Michel Bourgoin who just turned 75.

Please take note:

· The dojo will be closed for the holidays from December 19 (Mon) to January 5 (Thu) and will reopen for the Advanced Junior class January 6 (Fri) at 4:40 PM.
· The yearly kangeiko (winter practice) will be January 15 to 21.
· Please remember to bring your tuition on time and to check your envelope in order to keep tuition and yearly membership up to date. This will make it easier for the student in charge of tuition.
· Every evening before going to sleep, I take attendance. That way I can remember who was present, who was absent and gave notice of their absence, what students did and need to do, etc. Please let your teacher know whenever you cannot attend class. It shows that you have discipline and that you acknowledge others’ existence and care for them (definition of respect). Responsibility grows with rank and seniority. It’s part of cultivating aspiration!

Finally I would like to express my gratitude to Mr. Alan Zeoli for correcting and editing the English version and to Madame Simone Augé for the French version.

Patrick Augé
Décembre 2011

AIKIDO YOSEIKAN DOJO
24221 Hawthorne Blvd Torrance CA 90505 USA Tel 310-373-DOJO

———————————-

Chers Élèves, chers Parents er chers Amis:

Il y a environ une vingtaine d’années, après l’entraînement du samedi après-midi, alors que nous commencions le mondo (période de questions et réponses) des élèves avancés, je posai la question suivante : « Où trouvez-vous votre source de motivation ? »

Nombreux étaient ceux qui étaient apparus puis avaient disparu au cours des années depuis le moment où Kaoru Sensei et moi avions commencé à enseigner. Ce jour-là cependant l’assiduité de ces élèves remontait presque à ces débuts. Nous avions voyagé ensemble entre Ottawa, Montréal, Sherbrooke, Québec, Tuscaloosa -tellement plus que nous puissions nous en souvenir-afin de semer et développer le budô de Mochizuki Sensei. Nous avions fait kangeiko (entraînement d’hiver) et shochugeiko (entraînement d’été) au Japon, au Canada et aux États-Unis ; nous avions relevé toutes sortes de défis, et nous pûmes même, finalement, construire notre propre dojo permanent, ce qui constituait manifestement un pas en avant sur le chemin, bien que ce ne fût pas la fin de nos difficultés. Le résultat de tout cela ? Un solide lien gardant unis tous ces élèves !

Kaoru Sensei et moi étions convaincus de la valeur des enseignements de Mochizuki Sensei : il était donc de notre devoir de les transmettre aux générations suivantes et de trouver les personnes appropriées pour continuer la lignée. Ainsi lorsque je posai cette question, mon objectif était d’aider ces élèves à développer une compréhension claire de ce qu’ils faisaient. C’est ce qui distingue les «meneurs » des autres.

Un des élèves répondit par la question suivante :

«Où trouvez-vous vous-même votre source de motivation? »

Nul autre ne dit mot. J’imputai à la timidité leur manque d’habilité à exprimer leurs propres pensées en public. Cependant il devint bientôt évident que la plupart d’entre eux n’y avaient jamais songé et que leur motivation dépendait surtout de facteurs externes tels que démonstrations techniques, discours stimulants, vidéos, lectures, etc. D’autres ressentaient une profonde stimulation interne mais ne pouvaient formuler une explication sensée.

Je compris alors qu’en tant de senior et professeur, je devais concevoir cette compréhension interne, d’abord en moi-même, avant de m’attendre à ce que mes élèves se comprennent eux-mêmes.

Je commençai donc à chercher en moi-même des indices sur ce qui me stimulait à continuer en dépit des défis et des difficultés. Je crus d’abord que la pensée de tous ces gens doués que j’avais connus et qui avaient gaspillé les enseignements reçus de nos professeurs était le facteur principal de motivation, une sorte d’exemple de ce qu’il ne faut pas faire. Mais par la suite je me rendis compte qu’il s’agissait là d’un facteur externe auquel on ne peut se fier. Il y avait quelque chose de plus profond que cela, cette petite flamme immortelle qui brulait en permanence en moi en dépit de tout ce qui peut se passer. Peu à peu les enseignements reçus durant mon enfance et mon adolescence commencèrent à émerger. Un en particulier semblait constituer le fondement de tous les autres :

« Faites constamment attention à vos pensées, ne laissez aucune mauvaise pensée telle que l’avidité, la colère, la convoitise, le découragement, le doute, etc., prendre forme dans votre esprit, car les pensées deviennent mots, les mots deviennent actions, les actions deviennent nos habitudes et nos habitudes forment notre personnalité. » Lorsque nos pensées ont pris de l’élan, particulièrement les pensées négatives, il devient quasiment impossible de les arrêter, surtout chez nous, personnes ordinaires, et c’est ainsi que nous perdons le contrôle de notre vie.

Je m’enquis aussi auprès de mes professeurs de ce qui les avait gardés sur la voie. Leurs réponses combinées avec ma propre expérience et mes recherches m’aidèrent à formuler la méthode suivante dans le but de trouver la force de remplir ma mission dans la vie quotidienne. Cette formule, affichée sur le tableau du dojo de Los Angeles s’intitule Cinq Sources de Force Inter reliées :

Aspiration
Familiarisation
Discipline
Détermination
Réflexion

L’aspiration : Par cela j’entends la faculté de, littéralement « amener l’esprit. » Cela consiste à préparer son esprit, son corps et son environnement afin de se rendre réceptif aux enseignements ainsi que d’apprendre de toutes sources pertinentes.

La bonne graine ne peut pousser que dans un sol préparé. Cela demande une attitude inconditionnelle vis-à-vis de l’apprentissage. Il nous faut cultiver l’aspiration dans la vie quotidienne par une attitude constante de vigilance vis-à-vis de nos pensées, de nos paroles et de nos actes. Cela concerne aussi nos lectures, les spectacles et films que nous regardons, nos activités, etc. et par-dessous tout, le genre de gens que nous fréquentons régulièrement, car notre tendance nous porte à nous amener à leur niveau ! J’ai été témoin parmi mes anciens camarades de dojo, ainsi que mes élèves, de trop d’échecs dus au mauvais choix d’amis, de partenaires, et/ou de professeurs pour ignorer ce facteur, même si cela peut sembler politiquement incorrect. Trouver un maître n’est pas à la portée de chacun, mais avec un état d’esprit proprement cultivé, il nous est possible de trouver un professeur authentique qui lui-même étudie ou a étudié avec un maître et maintient la lignée.

Mochizuki Sensei insistait constamment sur l’importance de garder son attention sur ce qu’il faut faire et non sur ce qu’il ne faut pas faire. Le subconscient ne juge pas, il se souvient seulement des termes. Par exemple si je fais, « N’oublie pas de…, » il se souviendra de « oublie » et les chances d’oublier augmenteront. Au lieu de cela je devrais dire, « Rappelle-toi de…, » étant donné que c’est ce que ma mémoire enregistrera. Certaines expressions telles que « abandonner » ou « pas capable » par exemple, doivent être évitées. « Je vais essayer » devient l’excuse en cas d’échec et devrait être remplacé par « Je ferai de mon mieux. »

Les mots négatifs mènent au découragement. Une fois que l’on permet au découragement d’entrer dans l’esprit, il devient incontrôlable. Au lieu de cela il nous faut nous dire qu’il y a d’autres possibilités. Cela peut sembler comme un ensemble de mots ridicules et vains, mais tout comme l’eau qui s’accumule sur un toit, ils finissent toujours par s’infiltrer dans notre esprit.

Une fois notre aspiration (combinée aux autres Quatre Sources de Force) devenue inébranlable -ce processus pouvant prendre plusieurs années– il devient plus aisé de savoir s’y prendre avec toutes sortes de personnes ou de situations. En conclusion, l’aspiration est le produit de la culture incessante d’une vision plus vaste que notre petite vie quotidienne. C’est ce qui nous aide à comprendre que nous faisons partie de quelque chose de beaucoup plus vaste et à apprécier cette réalité. Sans cela nous nous sentons débranchés, ignorants, indifférents, facilement découragés.

C’est l’aspiration qui nous permet de pressentir l’authenticité du professeur, celui qui a à cœur l’intérêt de ses élèves; cela afin d’établir et de maintenir avec lui une relation basée sur l’entraide et qui durera toute la vie.

L’aspiration est une fondation qui nécessite le renforcement d’autres sources complémentaires de force afin de trouver son efficacité et sa stabilité. Ce qui nous mène à la composante suivante :

La familiarisation est un processus qui consiste à former des habitudes par la répétition. Le proverbe « Tout devient plus aisé par la familiarisation » est un rappel de sa puissance. Notre étude du budô nous a enseigné que la familiarisation est l’antidote de la peur. C’est par elle que nous apprenons à modérer notre attitude vis-à-vis de ce que nous aimons ainsi que de ce que nous détestons. Ainsi nous pouvons apprécier toutes sortes de mets, acquérir de nouvelles compétences, développer la confiance en soi, l’amour-propre, la compréhension des autres, etc.

La familiarisation est douce et patiente. Elle nous demande seulement d’écouter, d’observer et de pratiquer sans attentes. Elle caractérise l’application du principe de « La flexibilité l’emporte sur la rigidité. » Une fois atteinte notre zone de confort dans notre entraînement, nous pouvons passer à l’étape suivante :

La discipline, c’est-à-dire les règles que nous nous sommes assignées, résulte de la compréhension, non de l’obligation. Par compréhension, j’entends la connaissance du fait que l’entraînement régulier est le moyen le plus rentable d’opérer. Cela demande d’observer nos pensées, nos paroles et nos actions ainsi que de pratiquer nos techniques avec présence d’esprit et concentration. Il nous faut ajouter à cela l’entraînement en solo – méthode d’une efficacité incontestable utilisée par les maîtres afin de développer discipline et toutes autres forces. Par ce processus de familiarisation, la discipline devient habitude de vie. Cela nous mène à la source de force suivante :

La détermination, à savoir l’engagement pris vis-à-vis de nous-mêmes de garder notre vision, de continuer notre shugyô (entraînement austère) et de maintenir nos principes, quoi qu’il arrive. En d’autres mots détermination est synonyme de volonté. Il nous faut distinguer cela de l’entêtement, trait de caractère marqué par la stupidité, la rigidité et le danger. La détermination repose sur l’expérience et l’étude ; elle est flexible. Cela peut être le coup de pied dans le derrière nécessaire pour démarrer quand on se sent déprimé et que rien d’autre ne marche. Cependant la détermination seule n’est pas suffisante. Elle ne peut trouver son efficacité qu’en étant cultivée en synchronisation avec les autres sources de force.

Pour finir, l’ingrédient qui sert de catalyseur pour lier ces forces ensemble :

La réflexion. L’étude du budô nous enseigne à réfléchir après l’action. Après une action exécutée correctement, nous y réfléchissons afin de la renforcer. Lorsque nous commettons une erreur nous réfléchissons sur ce que nous aurions dû faire et faisons les corrections immédiates si possible. Nous n’avons ni le temps ni le luxe de nous abandonner à la frustration. Sur le champ de bataille cela peut vouloir dire la mort, non seulement la nôtre, mais aussi celle des autres. En nous familiarisant avec ce processus nous apprenons à nous mettre immédiatement en mode solution au lieu de choir en mode victime (comme c’est le cas le plus courant), bien que cela puisse mener à quelque solution, mais à quel prix pour notre santé mentale et physique ?

La réflexion a peut être l’air d’être une perte de temps dans notre société axée sur les résultats rapides et les raccourcis. Sans la réflexion, nous nous trouvons constamment piégés par nos émotions et nous répétons incessamment les mêmes modes de comportement, même si nous les corrigeons par la suite.

En y pensant bien nous parvenons à comprendre l’efficacité de la réflexion et combien elle peut, en cas de nécessité, nous aider à nous souvenir de : quoi faire et de : comment le faire. C’est une partie intégrale de notre étude du budô. Voici ce qu’enseignait mon premier professeur de battojutsu (technique pour dégainer le sabre), Tsunoda Aguin Sensei : « En budô nous nous entraînons à nous attendre à l’inattendu ! »

En tant que discipline personnelle, nous réfléchissons sur notre journée avant de nous coucher afin de confirmer dans notre esprit ce que nous avons accompli de bien et corriger mentalement nos erreurs. Ainsi nous pouvons dormir d’un sommeil profond et préparer la journée suivante. L’orgueil et la culpabilité doivent être attentivement contrôlés afin de maintenir notre concentration.

C’est par la réflexion que nous développons la compréhension… Il y a quelque temps, nous avions appris qu’afin de changer et de nous améliorer, il nous faut passer par la pratique de la reconnaissance, de l’acceptation, de l’absence de justification, de la correction et finalement du renforcement de tout le processus par la réflexion. C’est par le même processus que les Cinq Sources de Force Inter reliées fonctionnent.

Comment cela ? Prenons pour exemple le cas où je me refuse de rencontrer une certaine personne qui m’a fait du tord et envers qui je ressens une profonde rancune tout en sachant cependant que je devrais rencontrer cette personne.

Vais-je remettre cela aux calendes grecques tout en refusant d’y penser et en espérant que le temps effacera ce souvenir ? Ma détermination est faible. Donc je fais appel à la réflexion. Ainsi je puis mieux comprendre les difficultés que cette personne a aussi à traverser : Peut-être est-elle beaucoup plus âgée que moi, a un profond sentiment de culpabilité et décédera probablement avant moi. Plus j’y pense (familiarisation), plus je puis comprendre ce que cette personne ressent. Je sais aussi que j’ai la discipline d’accomplir ce que j’ai décidé de faire et que dans le passé, une fois ce processus lancé, j’ai pu gérer toutes sortes de situations gênantes. Je n’ai qu’à aller chercher dans ma mémoire quelques uns de ces exemples qui furent à un moment renforcés par la réflexion.

Il ne me reste qu’à laisser le tout reposer tranquillement, à maintenir ma vigilance vis-à-vis des papotages négatifs occasionnels de la folle du logis et à répéter de nouveau le processus (culture de l’aspiration). Un beau matin je me réveille, ou à un moment où je suis occupé par une tâche quelconque, je ressens soudain une forte envie de rencontrer cette personne et de faire les préparatifs adéquats (aspiration). Et tout cela, c’était entièrement dans la tête !

Il n’y a pas de méthode parfaite et celle-ci doit être testée et améliorée. Il nous faut à chacun de nous partir de quelque chose qui a déjà fait ses preuves, voir comment cela marche pour nous, modifier ce qui doit être modifié, le remettre à l’épreuve et l’enseigner afin de nous assurer que d’autres continueront à l’améliorer.

Lors de notre processus de shugyô, si nous rencontrons l’échec, il nous est toujours possible de nous en remettre grâce à ces forces développées en nous-mêmes. La méthode d’évolution du Yôseikan doit être mise en application au-delà du développement technique si nous aspirons nous-mêmes à évoluer, mais aussi afin d’inspirer la prochaine génération à continuer la lignée. Alors nous pouvons nous appeler élèves de Mochizuki Sensei.

Nous vous souhaitons, Kaoru Sensei et moi de joyeuses fêtes ainsi que santé et prospérité pour la prochaine année. Cette année presque passée fut pour nous tous remplie de défis fortifiants et c’est grâce à votre confiance et à votre support continus que nous sommes capables de continuer notre mission.

Encore une fois nous vous demandons de continuer à recommander votre dojo à vos amis et connaissances : les introductions sont toujours la meilleure source d’élèves sérieux. En cette économie difficile, c’est un atout précieux.

Je voudrais aussi recommander un abonnement à Aikido Journal On Line (aikidojournal.com) comme cadeau pour tout élève sérieux d’aïkido, membre de votre famille ou ami. Voilà une source inestimable d’informations sur tout ce qui concerne les aspects historiques, techniques et spirituels de l’aïkido. Il faut aussi mentionner sa valeur en tant que moyen fiable pour le développement de l’aspiration.

Durant les fêtes, comme je le fais chaque année, je visiterai ma famille en France. Je vais aussi diriger un stage de trois jours dans mon ancien dojo et rencontrerai mon premier professeur, M. Michel Bourgoin qui vient d’avoir 75 ans.

Veuillez noter :
· Le dojo sera fermé pendant les fêtes du lundi 19 décembre au jeudi 5 janvier et rouvrira pour la classe avancée des jeunes le vendredi 6 janvier à 16 heures 40.
· Le kangeiko (entraînement d’hiver) sera du 15 au 21 janvier.
· Veuillez penser à apporter votre cotisation à temps et à vérifier régulièrement votre enveloppe de façon à vous assurer que vos cotisations (annuelles et mensuelles) soient gardées à date. Cela simplifiera la tâche de l’élève chargé des cotisations.
· Chaque soir avant d’aller me coucher, je prends les présences. Ainsi je me souviens de qui était présent, de qui était absent et a motivé son absence, de ce que les élèves firent et devraient faire, etc. Rappelez-vous s’il vous plaît d’aviser votre professeur de vos absences. C’est une preuve de votre discipline, de la reconnaissance que vous manifestez de l’existence de vos partenaires ainsi que de votre sens de responsabilité envers eux (définition du respect). Cette responsabilité croît avec le grade et l’ancienneté. Voila une autre façon de cultiver l’aspiration !

Pour finir je remercie Monsieur Alan Zeoli de m’avoir aidé à la correction et à l’amélioration de la version anglaise ainsi que Madame Simone Augé pour la version française.

Patrick Augé
Décembre 2011

AIKIDO YOSEIKAN DOJO
24221 Hawthorne Blvd Torrance CA 90505 USA Tel 310-373-DOJO

Aikido Journal Members Site
For nearly 40 years, we have been researching and documenting every aspect of Aikido!
We hate spam just as much as you

Speak Your Mind

*